Association Aide au Développement de Villages au Laos
ADV LAOS
CONSTRUIRE UN NOUVEAU RÉSEAU D’EAU & RÉPARER L’EXISTANT
© adv laos octobre 2019
Une étude réalisée du 26 au 29 avril 2019 par l’association Confluence
Le village de Kiou Chalouang
Une piste de bonne qualité mène au village de Kiouchalouang situé à 50 kilomètres de Luang Prabang et à 20 kilomètres de la ville de Xieng Ngeun. L’accès au village est possible en saison sèche et à la saison des pluies. Kiouchalouang compte 261 habitants, 127 hommes et 134 femmes, de l’ethnie Khmu, soit 43 familles avec 12 personnes de plus de 55 ans. Le village est raccordé au réseau électrique mais seulement 13 foyers ont les moyens d’avoir l’électricité.
Le système d’eau du village de Kiouchalouang a été construit en 2001 par les autorités lao. Ce système, simple, n’était composé que d’ une zone de captage, d’ un réservoir , et d’ un seul point d’accès à l’eau pour les villageois . Situé à environ 400 mètres du village , via un chemin escarpé, accessible uniquement à pieds, le réservoir est doté de 3 robinets qui sont utilisés pour toutes les tâches quotidiennes (lessive, vaisselle, douche) et l’ approvisionnement en eau . En 2015, l’ONG World Vision a financé une réhabilitation du réseau. La zone de captage a été améliorée et un nouveau réseau a été installé directement de la zone de captage jusqu’au village, sans passer par le réservoir construit en 2001 !!!
La problématique du réseau d’eau
Les recommandations de Confluence
Déplacement de la zone de captage en amont, à 60 mètres de la zone de captage actuelle. La source est située à 45/50 mètres au-dessus du village. La boite de captage devra être couverte par une dalle en béton afin de prévenir tout contact de l’eau de la source avec l’extérieur (préservation de la qualité naturelle de l’eau de source) et tout usage nuisible. La source a un débit de 6s/L et est située à 4,3 kilomètres du village. Réalisation d’un nouveau réseau avec des tuyaux de bonne qualité Construction d’un nouveau réservoir au niveau de l’école Construction de 6 bornes fontaines pour assurer un accès à l’eau sécurisé et de proximité aux villageois
Estimation du coût du projet d’amélioration du réseau d’eau
L’estimation du coût du projet comprend les éléments suivants 1 . L’étude technique approfondie , la réalisation du nouveau design et le plan de travail des rénovations et de la construction des réseaux d’eau 2 . Les matériaux et le transport de ces derniers dans le village 3 . La réalisation des travaux avec deux chefs maçons basés sur place durant l’intégralité des travaux, accompagnés d’un technicien du service de la Nam Saat du district de Pak Ou 4 . La supervision réalisée par le technicien de Confluence ; 3 à 4 visites de contrôle sur l’avancée et la finalisation des travaux 5 . La formation d’un comité de gestion villageois du réseau à la maintenance technique et à la gestion financière du fond de maintenance
Coût estimé en €uros* 1 . Étude technique et réalisation du design  : 268 étude topographique, design du nouveau réseau, analyse de l’eau 2 . Rénovation du réseau actuel  : 8 751 € matériel et transport 3 . Encadrement du chantier de construction  : 1 518 par deux chefs maçons 4 . Suivi du chantier et coordination générale du projet : 893 technicien Confluence 5 . Suivi/évaluation par les autorités locales  : 714 technicien Nam Saat Pak Ou 6 . Formation du comité de gestion du réseau  : 134 € 7 . Frais administratifs de Confluence (env. 4%) : 502 € Total : 12 780 € environ * Une estimation plus précise du projet sera réalisée suite à l’étude technique nécessaires à la réalisation de l’avant-projet détaillé (plans techniques + devis détaillés) du réseau
École, assainissement, comité de gestion
L’école compte 11 enfants inscrits, âgés de 4 à 6 ans, et un enseignant, mais 2 salles de classe… N’'ayant pas l'accès à l'eau il n’y a pas de toilettes dans l’école . Dans le village il y a 27 toilettes individuelles (latrines à fosse et chasse d’eau manuelle) Il y a un comité de gestion de l’eau depuis la construction du réseau d’eau avec 2 villageois volontaires de l’eau. Le comité est en charge de la maintenance des ouvrages et de la gestion du fonds de maintenance. Cette « caisse villageoise » permet les fréquentes réparations. Coût   par   an/famille  : familles de 1/5 pers. : 20 000 kips /an (2 €uros) / familles de 6 et + : 25 000 kips / an (2,5 €uros)
Besoins sollicités par les villageois et le conseil municipal
L’association ADV-Laos a sollicité l’équipe de Confluence basée à Luang Prabang pour identifier un village avec des besoins en eau dans la province de Luang Prabang. Ce rapport présente les résultats de cette étude diagnostic et les recommandations de Confluence pour la mise en œuvre d’un projet d’amélioration de l’accès à l’eau potable dans ce village du district de Xieng Nguen . L’équipe de techniciens était composée d'un technicien du service de la Nam Saat , bureau de la santé du district de Xieng Ngeun et d'un technicien « eau et assainissement » de l'association Confluence . Les informations ont été collectées auprès de la communauté directement, lors d’une réunion avec le chef du village et des échanges avec les villageois, ainsi qu’une inspection des systèmes d’eau existant et des sources d’eau environnantes.
Quand le « nouveau » système a été testé, les tuyaux se sont cassés en de nombreux endroits . Les tuyaux utilisés par l’ONG World Vision étaient de très mauvaise qualité et bien trop fins . La rénovation a alors été stoppée et abandonnée , le projet de World Vision prenant fin à cette période. Les villageois ont du abandonner leurs espoirs d’avoir un réseau d’eau leur offrant un meilleur accès à l’eau. Actuellement, les villageois continuent d’utiliser le réservoir comme point d’accès à l’eau . Mais l’accès y est difficile, le chemin est pentue, glissant en saison des pluies et relativement éloigné du village . Il faut environ 30 minutes de marche pour se rendre au réservoir et revenir au village. Considérant que le retour se fait souvent avec une charge d’eau, les conditions d’accès sont très difficiles. Par ailleurs, l’eau captée est de très mauvaise qualité . Bien que le village ait acquis pour 4 millions de kips (env. 400 €) la source d’eau, ainsi que le terrain autour d’elle, de nombreux agriculteurs utilisent la zone de captage pour se laver, boire etc. La zone de captage , située à 4 km du village, est dans une zone de culture. Des agriculteurs venus d’autres villages utilisent cette zone de captage comme point d’eau. Elle est par ailleurs très basique et ouverte, ce qui rend possible des usages non appropriés. Le réseau est donc composé d’ une zone de captage simple et non couverte des agriculteurs d’autres villages utilisent l’eau et la salissent. Le réseau est très endommagé avec de nombreuses fuites . Seul un point d’accès est disponible pour la communauté au niveau du réservoir d’eau. Ce réservoir est équipé de plusieurs robinets mais est relativement difficile d’accès : depuis le village, pour se rendre au réservoir, il faut marcher plus de 20 min aller-retour sur un chemin escarpé . Un réservoir de 8 M3 insuffisant et un réseau de distribution de 4 km en très mauvais état avec 1 seule borne fontaine hors-service ! Les villageois font bouillir l'eau avant de la consommer.
La conception de l’ancien réseau n’a pas respectée les contraintes techniques
1. Un accès à l’eau sécurisé 2. Un accès à des infrastructures d’assainissement individuelles 3. Construction d’un nouveau réservoir de 22 M3

Améliorer les conditions de vie

des villageois de Kiou Chalouang

261 habitants - Ethnie Khmu

District de Xieng Ngeun - Province de Luang Prabang

en partenariat avec
avec le soutien technique de
PARTAGER ÉNERGIE & SOLEIL AVEC LES VILLAGEOIS
ADV LAOS
Aide au Développement de Villages au Laos

Bienvenue sur le site de l’association

RÉPARER LE RÉSEAU D’EAU
L’association ADV-Laos a sollicité l’équipe de Confluence basée à Luang Prabang pour identifier un village avec des besoins en eau dans la province de Luang Prabang. Ce rapport présente les résultats de cette étude diagnostic et les recommandations de Confluence pour la mise en œuvre d’un projet d’amélioration de l’accès à l’eau potable dans ce village du district de Xieng Nguen . L’équipe de techniciens était composée d'un technicien du service de la Nam Saat , bureau de la santé du district de Xieng Ngeun et d'un technicien « eau et assainissement » de l'association Confluence . Les informations ont été collectées auprès de la communauté directement, lors d’une réunion avec le chef du village et des échanges avec les villageois, ainsi qu’une inspection des systèmes d’eau existant et des sources d’eau environnantes.
Étude réalisée du 26 au 29 avril 2019 par l’association Confluence
Une piste de bonne qualité mène au village de Kiouchalouang situé à 50 kilomètres de Luang Prabang et à 20 kilomètres de la ville de Xieng Ngeun. L’accès au village est possible en saison sèche et à la saison des pluies. Kiouchalouang compte 261 habitants, 127 hommes et 134 femmes, de l’ethnie Khmu, soit 43 familles avec 12 personnes de plus de 55 ans. Le village est raccordé au réseau électrique mais seulement 13 foyers ont les moyens d’avoir l’électricité.
Le village de Ban Kiou Chalouang
La problématique du réseau d’eau
Le système d’eau du village de Kiouchalouang a été construit en 2001 par les autorités lao. Ce système, simple, n’était composé que d’ une zone de captage, d’ un réservoir , et d’ un seul point d’accès à l’eau pour les villageois . Situé à environ 400 mètres du village , via un chemin escarpé, accessible uniquement à pieds, le réservoir est doté de 3 robinets qui sont utilisés pour toutes les tâches quotidiennes (lessive, vaisselle, douche) et l’ approvisionnement en eau . En 2015, l’ONG World Vision a financé une réhabilitation du réseau. La zone de captage a été améliorée et un nouveau réseau a été installé directement de la zone de captage jusqu’au village, sans passer par le réservoir construit en 2001 !!! Quand le « nouveau » système a été testé, les tuyaux se sont cassés en de nombreux endroits . Les tuyaux utilisés par l’ONG World Vision étaient de très mauvaise qualité et bien trop fins . La rénovation a alors été stoppée et abandonnée , le projet de World Vision prenant fin à cette période. Les villageois ont du abandonner leurs espoirs d’avoir un réseau d’eau leur offrant un meilleur accès à l’eau. Actuellement, les villageois continuent d’utiliser le réservoir comme point d’accès à l’eau . Mais l’accès y est difficile, le chemin est pentue, glissant en saison des pluies et relativement éloigné du village . Il faut environ 30 minutes de marche pour se rendre au réservoir et revenir au village. Considérant que le retour se fait souvent avec une charge d’eau, les conditions d’accès sont très difficiles. Par ailleurs, l’eau captée est de très mauvaise qualité . Bien que le village ait acquis pour 4 millions de kips (env. 400 €) la source d’eau, ainsi que le terrain autour d’elle, de nombreux agriculteurs utilisent la zone de captage pour se laver, boire etc. La zone de captage , située à 4 km du village, est dans une zone de culture. Des agriculteurs venus d’autres villages utilisent cette zone de captage comme point d’eau. Elle est par ailleurs très basique et ouverte, ce qui rend possible des usages non appropriés. Le réseau est donc composé d’ une zone de captage simple et non couverte des agriculteurs d’autres villages utilisent l’eau et la salissent. Le réseau est très endommagé avec de nombreuses fuites . Seul un point d’accès est disponible pour la communauté au niveau du réservoir d’eau. Ce réservoir est équipé de plusieurs robinets mais est relativement difficile d’accès : depuis le village, pour se rendre au réservoir, il faut marcher plus de 20 min aller- retour sur un chemin escarpé . Un réservoir de 8 M3 insuffisant et un réseau de distribution de 4 km en très mauvais état avec 1 seule borne fontaine hors-service ! Les villageois font bouillir l'eau avant de la consommer.
Les recommandations de Confluence
1 . Déplacement de la zone de captage en amont, à 60 mètres de la zone de captage actuelle. La source est située à 45/50 mètres au-dessus du village. La boite de captage devra être couverte par une dalle en béton afin de prévenir tout contact de l’eau de la source avec l’extérieur (préservation de la qualité naturelle de l’eau de source) et tout usage nuisible. La source a un débit de 6s/L et est située à 4,3 kilomètres du village. 2 . Réalisation d’un nouveau réseau avec des tuyaux de bonne qualité 3 . Construction d’un nouveau réservoir au niveau de l’école 4 . Construction de 6 bornes fontaines pour assurer un accès à l’eau sécurisé et de proximité aux villageois
Coût estimé en €uros
1 . Étude technique et réalisation du design  : 268 étude topographique, design du nouveau réseau, analyse de l’eau 2 . Rénovation du réseau actuel  : 8 751 matériel et transport 3 . Encadrement du chantier de construction  : 1 518 € par deux chefs maçons 4 . Suivi du chantier et coordination générale du projet : 893 € technicien Confluence 5 . Suivi/évaluation par les autorités locales  : 714 € technicien Nam Saat Pak Ou 6 . Formation du comité de gestion du réseau  : 134 € 7 . Frais administratifs de Confluence (env. 4%) : 502 € Total : 12 780 € environ * Une estimation plus précise du projet sera réalisée suite à l’étude technique nécessaires à la réalisation de l’avant-projet détaillé (plans techniques + devis détaillés) du réseau

Améliorer les conditions de vie

des villageois de Kiou Chalouang

261 habitants - Ethnie Khmu

Province de Luang Prabang - District de Xieng Ngeun

en partenariat avec