Association Aide au Développement de Villages au Laos
ADV LAOS
DONNER LES BASES D’UNE BONNE ÉDUCATION
Où ? Où ? Contact Contact Où ? Où ? Contact Contact Accueil Accueil
A   l’école   primaire ,   les   élèves   -d’abord   discrets-   désiraient   finalement   reconnaissance   et approbation   de   leur   travail.   Dans   les   classes   supérieures,   les   collégiens    patientaient   jusqu’à   la   fin des   cours   pour   échanger   quelques   phrases   apprises   durant   la   matinée.   Quelques   jours   après   mon immersion,   je   fus   surprise   de   constater   une   mémorisation   visuelle   par   la   majorité   des   élèves (constat   renforcé   lors   des   cours   du   soir).   De   ce   fait,   les   élèves   n’associent   pas   un   mot/une   sonorité, mais   davantage   une   image/une   sonorité.   Autrement   dit,   seule   une   minorité   des   étudiants   (environ 20%)   parvient   à   lire   l’anglais,   tandis   que   les   autres   élèves   se   limitent   à   la   répétition   de   sons,   au rapport   objets/sons.   Durant   les   heures   de   classe,   j’observais   attentivement   les   leçons   dispensées par   le   professeur   de   langues   afin   d’appliquer   ses   méthodes   éducatives   lors   des   cours   du   soir. L’enseignant   abordait   principalement   des   thèmes      de   la   vie   courante   tels   que   la   famille,   l’habitat, l’alimentation ou les voyages. Des    thématiques    retravaillées    en    soirée ,    lors    des    cours    extras-scolaires .    Ouvert    et accueillant,   le   corps   professoral   m’a   autorisé   à   assister   aux   multiples   cours   dispensés   au   collège   (en plus   des   heures   d’anglais)   :   littérature,   mathématiques,   sciences   de   la   vie   et   de   la   terre   et   sport. Contrairement   aux   programmes   français   stricts,   les   professeurs   Lao   se   fient   au   contenu   de   petits manuels, dont le niveau n’est pas explicitement spécifié sur les couvertures. L es   cours   s’organisent    ainsi   autour   de   contenu   de   livres   à   la   traduction   parfois   douteuse (notamment   dans   les   ouvrages   pour   enfants).   Après   préparation   du   cours   en   binôme,   le   professeur d’anglais   m’a   confié   la   responsabilité   des   classes   de   CM1-CM2   et   4è   –3è.   Contes   pour   enfants, mimes,   marionnettes,   chants,   groupes   de   parole,   autant   d’activités   d’éveil   permettant   de   nouer   un lien   de   confiance   entre   professeur   et   élèves.   L’exercice   me   paraissait   toutefois   plus   simple   de   part la présence et l’accompagnement du professeur. Les   cours   du   soir,    a   contrario,   exigeaient   davantage   d’autonomie.   En   effet,   le   stage   m’a permis   de   gérer   une   classe   de   80   élèves   (scindée   en   deux   groupes   de   45   élèves   par   la   suite)   en   toute autonomie.    Novice    en    enseignement,    il    fallut    rapidement    s’adapter    à    l’impatience    de    jeunes villageois,   trépignant   à   l’idée   d’apprendre   l’anglais. Ainsi,   je   débutais   les   cours   du   soir   avant   même d’avoir   rencontré   certains   collégiens   de   Ban   Nateuy.   De   nature   réactive   et   déterminée,   j’ai   compris qu’une   telle   responsabilité   et   prise   en   charge   exigeait   tolérance,   patience   mais   aussi   fermeté   afin d’instaurer une relation saine et rassurante avec un public naturellement méfiant. Les   participants   ?   Des   enfants   et   adultes, curieux    et    volontaires,    âgés    de    5    à    24    ans. Travaillant   quotidiennement   en   autonomie   -avec l’appui     ponctuel     de     stagiaires     de     l’école supérieure     de     commerce     de     La     Rochelle- (Justine      et      Antoine),      l’entière      confiance accordée    par    mon    tuteur    de    stage    et    les représentants   locaux   m’a   permis   d’organiser   les modules selon le niveau général des élèves. Ensemble,   Justine ,   Antoine    et   moi-même   avons   travaillé   et   étudié   les   supports   adaptés aux   capacités   de   chaque   groupe.   Une   réflexion rigoureuse,     requérant     ouverture     d’esprit     et répartition     des     tâches     selon     les     domaines d’étude      :      davantage      concentrée      sur      la grammaire,    Justine    et    Antoine    privilégiaient, eux,   les   thématiques   étudiées   en   classe   au   cours de   la   matinée.   Cependant,   notre   but   ultime   et commun   était   l’apprentissage   de   l’anglais   sous forme ludique. De   fait,   nous   avons   organisé   des   ateliers   hebdomadaires   surnommés   “Play   &   Learn”   tels   que   “Secret   Food”,   “Phone   call”,   “What   about you ?”, “Who are you ?” et “Bacon” afin d’appliquer le vocabulaire appris les séances précédentes à de concrètes situations. Dans   la   continuité   d’ échanges   linguistiques    et   de   partage   de   projets ,   d es   actions   ont   été   confiées   aux   enfants   du   village ,   notamment la   réalisation   d’une   fresque   murale.   Des   jeunes   aidés   par   un   groupe   de   scouts   originaires   de   Bordeaux    qui   avaient   eux-mêmes   pour   mission   la rénovation   d’un   pan   de   mur   d’un   bâtiment   annexe.   Le   groupe   des   petits   (5-12   ans)   a   ainsi   pu   réviser   le   nom   des   couleurs   et   les   parties   du   corps humain par le biais du jeu.

EXTRAIT du rapport de stage de Lauranne NAZZANI

Lauranne
Antoine, Justine et Lauranne

3 étudiants, 40 élèves, 8 semaines de complicité

Partenaires Partenaires Haut de la page Haut de la page
© adv laos avril 2017
ADV LAOS
Aide au Développement de Villages au Laos

Bienvenue sur le site de l’association

DONNER LES BASES D’UNE BONNE ÉDUCATION